Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

SPORTS : Les «Diables-Rouges» ont 40 ans


Par Lepatriote-congo | Mardi 6 Mars 2012 | Lu 652 fois | 1 Commentaire



SPORTS : Les «Diables-Rouges» ont 40 ans
C’est curieux. Personne au Congo ou ailleurs n’a eu l’idée , ce jour, de souhaiter un joyeux anniversaire aux «Diables-Rouges». Comme si l’événement avait déjà perdu de son importance. Et pourtant, c’est le 5 mars 1972 que le Congo battait le Mali par 3 à 2 et remportait la 8ème coupe d’Afrique des nations de football. Initialement appelée, de façon évasive, «Congo-sport », l’équipe nationale du Congo, grâce à ce sacre continental, était devenue «Diables-Rouges».

Il aura fallu, cependant, un disque édité par deux journalistes français, Pascal Brenot et Jean Claude Weisse. C’est d’ailleurs le seul disque qu’ ait connu à ce jour l’histoire de la coupe d’Afrique des nations de football. Ce qui, d’ailleurs, donne à la victoire congolaise un goût très spécial. Car le dénouement de la 8ème coupe d’Afrique des nations est apparu comme un magnifique pied de nez à la logique que fabriquent habituelle-ment les bookmakers. Ceux-ci s’offrent le plaisir avant toutes compétitions d’établir une hiérarchie en fonction de forces en présence. Il se trouve que pour ce huitième concert panafricain, le Congo était rangé parmi les protagonistes les plus faibles. Le Congo avait le désavantage d’être logé dans le groupe dit de la mort où le Soudan était champion d’Afrique en titre, le Zaïre était un ancien champion précédant le Soudan alors que le Maroc venait, deux ans plus tôt, de disputer la coupe du monde au Mexique. Et d’ailleurs le milieu de terrain zaïrois, Kibongé « Gento », ne s’était pas gêné de sous-estimer publiquement notre pays dans le journal « Massano » en déclarant : « c’est un groupe difficile mais nous avons nos points déjà acquis sur le Congo ». Ainsi, sur le papier, tout plaidait en défaveur de notre pays.

Les «Diables-Rouges» sont nés à Douala

Malgré tout ce que l’on pensait et se disait, le Congo avait sérieusement et méticuleuse-ment préparé son affaire. Car après le fiasco d’Asmara 68, les autorités sportives avaient pris l’option de faire l’impasse sur la 7ème coupe d’Afrique des nations. Il avait été fait appel à l’Allemand Otto en prévision de la 8ème édition de l’épreuve la plus prestigieuse dans le continent en matière de football. L’Allemand a mis en place l’équipe nationale « es-poir » qui, naturellement, devait servir de source à l’équipe A. Voilà qui a aidé à bâtir un groupe riche en talents. Un groupe qui s’est facilement débarrassé du Nigeria puis de la Côté d’Ivoire, s’offrant ainsi le visa pour la phase finale de la CAN au Cameroun.

Mais dans la période qui a précédé le départ au Cameroun le Congo a battu tour à tour Valenciennes et Ajaccio, deux équipes de l’élite française, à Brazzaville puis la Guinée à Conakry (1-0) et le Sénégal (2-0) à Dakar pour terminer sur un match- nul (0-0) avec Botafogo du Brésil conduit par le très célèbre Jairzhino. Pour une préparation, c’en était une dans toute l’acceptation du terme. Pas étonnant donc qu’à l’occasion du match inaugural du groupe B, au stade de la Réunification à Douala, Marocains et Congolais se quittent sur un score de parité (1-1). Cependant, l’incident de parcours se produit au second match où, pour une lamentable affaire de pratique fétichiste, les Congolais arrivent au stade en retard et dans le désordre. Cela se paye cash, défaite sur deux buts de Ntumba qui donne raison à Kibongué «Gento». D’où le message autoritaire du prési-dent Marien Ngouabi : « si vous n’êtes pas capables de défendre la révolution, rentrez à la mai-son». Le Télégramme a pour effet de remobiliser la troupe qui se voit obligée de déployer toutes les batteries au troisième match contre le Soudan. Les Congolais mènent rapidement par 2-0 mais à l’entame de la seconde période, le Soudan se reprend bien et remet les pendules à l’heure (2-2). C’est à partir de là que vont naître les « Diables-Rouges ». Nullement découragés, avec une foi qui déplace les montagnes, les Congolais vont prendre d’assaut le camp soudanais au point d’obtenir deux nouveaux buts pour une victoire 4 à 2. La suite, on la connait mais elle est la conséquence d’un état d’esprit né au cours de ce Congo-Soudan. Tout de rouge vêtus, les congolais étaient parvenus à se faire violence au point de ressembler à des extra-terrestres. C’est ainsi que dans la restitution des péripéties dans le disque dédié à la CAN. Pascal Brenot et Jean Claude Weisse vont qualifier ces congolais de « Diables-Rouges ». Nom qui sera repris dans l’hommage des Bantous de la capitale aux héros de la CAN 72. Depuis, l’équipe nationale de football du Congo est devenue « Diables-Rouges ». Ce nom sera tout logiquement étendu à toutes les équipes nationales des autres disciplines sportives.

Ce jour, 5 mars 2012 donc qua-rante ans après, tout se passe dans une totale indifférence. Aucune manifestation n’a été ni ne sera organisée, par inattention peut-être. Mais, pour une certaine opinion, cela valait mieux que les choses se passent ainsi car ce nom « Diables-Rouges » est synonyme de porte-malheur. Le diable étant le démon, le personnage qui représente le mal. Il ne sert à rien de le célébrer. A la fin des années 90, ce nom avait même fait des vagues parce que certains Congolais pensaient que tout le mal du sport congolais provenait de ce nom. Ce débat n’a pas, cependant, fait long feu car, après tout, pour Pascal Brenot et Jean Claude Weisse diable traduisait plutôt bravoure, ruse et malice.

Même si, aujourd’hui, les « Diables-Rouges », toutes disciplines confondues, sont vacillants, les causes du mal sont à chercher ailleurs. Notamment dans notre gestion qui reste faite d’improvi-sation, de cafouillage et de négligence. Tout cela demande, bien sûr, réparation mais, en attendant, cela ne nous empêche pas de souhaiter un « Joyeux anniversaire aux Diables-Rouges » qui ont 40 ans d’âge aujourd’hui.

G.E.
Lu 652 fois


Vos commentaires:

1.Posté par WABAGUNA le 06/03/2012 20:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il y a quarante ans que l'équipe nationale de football du Congo,les Diables Rouges, n'a plus remporté la Coupe d'Afrique de Nations,mais l'équipe Nationale du Congo n'a pas quarante ans,la nuance mérite d'être relevée.Avant la création de la Coupe d'Afrique des Nations,il eut la Coupe de la Communauté,puis la Coupe des Tropiques,à caractère panafricain toujours, dans les années 60,que notre équipe avait déjà remportées.Ce qui valut à notre équipe nationale le qualificatif de "Bresiliens de l'U.A.M."(Union Africaine et Malgache qui avait précédé l'O.U.A. et l'U.A.)par les autres pays admirateurs de notre football.C'était la formation des Loukoki,Elouma,Mayanda Fortuné,Gavo Moteur,Amoyen,Fantomas,Clément Massengo "Fu Manchu",Ambarra,Kibiassi,Defoufou,Ondzola,pour ne citer qu'eux.Puis il y a eu les vainqueurs des jeux Africains de Brazzaville,avant d'en arriver aux Diables Rouges.C'est ça l'histoire!

Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes