Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Sam Mangwana bien dans son culte…. depuis 50 ans (1963 – 2013)


Par | Lundi 24 Juin 2013 | Lu 2055 fois | 23 Commentaires



Une voix veloutée, un timbre reconnaissant entre mille

Sam Mangwana bien dans son culte…. depuis 50 ans (1963 – 2013)
Afrique, (Starducongo.com) - Architecte de la rumba, Sam Mangwana a valorisé le talent de quelques musiciens dont il a interprété les chansons. L’orsqu’ on s’intéresse à son cas, le chanteur, auteur, compositeur et interprète incontestable, on constate que la frange des critiques qui ont vanté ses mérites entre 1966 et 1980, s’accorde à reconnaître ses prouesses toujours en évolution. Car, à écouter de façon suivie tous les enregistrements auxquels il a participé pendant toute sa carrière, on se persuade assez aisément que son art présente des premiers aux toutes récentes une exceptionnelle continuité. Au vrai, il est peu de grands « rumberos » qui aient manifesté dans leurs conceptions une telle persévérance.

Une extrême disponibilité

Son idée, largement développée par lui-même dans le genre « rumba originale », c’est que le chanteur ténor doit pouvoir se concentrer sur ce qu’il désire faire avec intensité, sans être influencé par des suggestions extérieures. Mangwana est unique dans son style. Tout le travail de la tessiture veloutée - envisagé dans le sens de la plus totale intégration - consiste seulement à le rendre plus libre dans son exploration harmonique. L’intelligence et la pudeur sont ses vertus majuscules. Intelligent, il parvient à prévoir avec sûreté l’itinéraire de ses accompagnateurs vocaux. La première de ces deux qualités est l’effet d’une règle harmonique subtile et nuancée, capable de multiples variations ; la seconde est la cause d’une véritable philosophie dans ses compositions.

Influence = forte impression

Sam Mangwana représente à lui seul, un évènement d’importance. Parce que se retrouve chez lui cette « différence » essentielle qui sépare un chanteur de qualité ressentant la nécessité impérieuse de chanter en ténor et en solo ou dans un orchestre comprenant d’excellents instrumentistes, mais dont la réunion est dû au travail de concerts ou d’enregistrements en studio. Notons que, outre la rumba, c’est la musique afro-caribéenne qui a eu le plus d’influence sur lui.

Une carrière époustouflante.

Sam Mangwana, en effet n’est pas né d’un accident fortuit. Il sait pourquoi il est arrivé à son niveau actuel. Cette présence correspond à un choix délibéré et, lorsqu’on examine sa carrière, on s’aperçoit vite qu’il est dans le lot habituellement réservé aux professionnels de la musique congolaise de premier plan, mais qui a donné l’impression d’instabilité à force de passer d’une formation à une autre.

Kinshasa 1963 : Cette année peut être considérée comme celle qui a vu naître sa vocation pour la musique. Avec Théo Bitsikou, son ami d’enfance, il s’exerce à la pratique du chant aux environs du quartier dit « Zando ya Bayaka » à Kinshasa. Mangwana, commence également à cette période à côtoyer Tabu Ley qui s’y plaît à ses talents de compositeur. Notons qu’auparavant, comme il est de coutume pour nos grands chanteurs, Mangwana a commencé à chanter dans une chorale de l’Armée du Salut à Kinshasa.

Brazzaville 1964 - Sam Mangwana, Théo Bitsikou, Gérard Kazembe, Diki Baroza… sont sollicités par Mr Touneleck, un homme d’affaires camerounais installé à Brazzaville pour renforcer l’orchestre qu’il vient de créer du nom de « Los Batchichas ». Cet orchestre qui a compté parmi les meilleurs de cette époque, peut être considéré comme celui qui a donné naissance à la carrière professionnelle de Sam Mangwana.

Kinshasa 1966 – Sam Mangwana rejoint l’African Fiesta de Tabu Ley et Nico. Dans la foulée, il rencontre Wendo Kolosoy avec qui il tourne en Europe, puis en Zambie l'année suivante. C'est ce qui a constitué son bagage comme chanteur dans le groove de la rumba congolaise.

Kinshasa 1967 – Sam Mangwana intègre l’orchestre Vox Africa de Jeannot Bobenga. il chante en compagnie de Ntesa Dalients et Jeannot Bobenga, mais juste pour quelques mois car, dans la même année, Sam Mangwana rejoint l’African Fiesta National de Tabu Ley et prend part au voyage de Montréal au Canada.

Kinshasa 1968 - Sam claque la porte à Tabu Ley pour créer avec Dalients, Guvano, Dizzy Mandjeku, Mavatiku, Johnny Bokosa, Nzenze Jean Trompette, Barami, Kaya Depuissant, Gérard et Makulukala, l’orchestre Festival des Maquisards, qui, hélas, Se disloque en 1969, suivi de la création du groupe Festival de Sam avec Dino Vangu.

Kinshasa 1972 – Sam Mangwana, fait un grand pas en avant, car il intègre avec fracas le TP OK Jazz de Luambo Makiadi, aux côtés de Michel Boyibanda et Youlou Mabiala. Dans la foulée, il rend si bien les compositions « Ebale ya Zaïre », « Ceidu » « Djemelasi », « Minuit eleki », etc. Cette intégration dans l’OK suscite un conflit aigu entre Luambo et Tabu Ley.

Kinshasa 1974/1975 – Adieu l’OK Jazz et retour aux sources dans l’Angola de ses ancêtres, le temps de retrouver les siens et de se faire une belle place dans le cercle culturel angolais. En effet, en 1975, le voici de nouveau avec Tabu Ley, et dans sa besace, 2 chansons qui illustrent son séjour angolais : « Minha Angola » et « Mosekonzo ».

Afrique-Europe 1976/1979 – Après avoir roulé sa bosse dans presque tous les grands orchestres kinois, l’honneur lui échoit d’entamer une carrière solo et internationale. Il sillonne les capitales des pays comme Centrafrique, le Cameroun, le Nigéria, le Bénin, puis le Ghana où il met sur pied le groupe Africa all stars, avec les musiciens Syran, Bopol Miasamina, Pablo, Dizzy Mandjeku…et enregistre sous le label Suzana Coulibaly , le mécène du groupe. Deux titres sortent du lot et embrasent toute l’Afrique : « Georgette Eckains » et « Eyebani » (sept.1979) puis « Maria Tebo » et « Mathilda » (1980). Sam, qui entre-temps s’est rapproché de Théo Blaise Kounkou, crée des rythmes extrêmement novateurs. Il tient d’ailleurs, en cette année 1979, à vouloir se développer une nouvelle configuration, ce qui l’oblige de descendre à Kin et de ramener avec lui Canta Nyboma. Abidjan va constituer pendant plusieurs années le centre de vitalité du groupe, avec des allers et venues en Europe, aux Etats-Unis, en Afrique de l’Est… car la fièvre Mangwana a longtemps gagné les grandes salles du monde.

1981 Retour à Kinshasa : Victime de son succès, le groupe African All stars se sépare de Sam, qui revient à Kinshasa, tandis que le reste du groupe s’installe à Paris sous une autre dénomination : « Les quatre mousquetaires ». A Kinshasa, et fort de son expérience, Sam Mangwana fait le tour du Zaïre en compagnie de sa nouvelle trouvaille ; Marie-Claire Mboyo « MBilia Bell », qui fait ses débuts à la chanson. Il ouvre après cette tournée, la voie à Mbilia Bell qui atterrit chez Tabu Ley en 1982.
1982, Sam Mangwana est disponible et sa voix impressionne. C’est dans ce contexte, qu’il chante « Faute ya commerçant » de Lutumba Simaro avec l’accompagnement de Luambo-Makiadi et le TP OK Jazz. En tout cas, pendant une bonne période Sam prête sa voix à de nombreux artistes qui se plaisent à sa voix et à son timbre de charme.

1984 – Sam Mangwana se joint à Ndombe Opetum et Empompo Deyesse pour créer l’orchestre dit « Tiers-Monde Coopération », en réaction contre « les trois mousquetaires » (Luambo-Tabu Ley-Kiamuangana) considérés comme le triumvirat qui domine la musique congolaise au détriment des jeunes groupes.

Luanda 1998 – Sam Mangwana qui est depuis installé à Luanda où il a été reçu en apothéose, n’arrête pas de chanter et de voyager entre le Congo, l’Afrique, l’Europe, et le monde. Il sort l’album « Galo Negro » avec l’accompagnement de Nedule Papa Noël.

La sortie de « Galo Negro » a un tel retentissement international qu’il remporte le « Crossroads Music Awards » de la World Music comme "Gold Star 1999. Avec cet album électro-acoustique, Sam Mangwana renoue avec ses racines avec une forte prédominance des musiques traditionnelles tout en gardant une dimension résolument moderne. L’accordéon du Malgache Régis Ghisavo répond à la guitare de Papa Noël faisant chanter le « coq noir » éveilleur des consciences africaines. En 1999, dans le même élan, il sort avec Dino Vangu l’album « Femme africaine » qui connaît une large diffusion et un énorme succès auprès des Angolais.

Luanda 2003 - Sam Mangwana continue de porter en lui le lyrisme lusophone de ses origines angolaises, sans s’éloigner de la rumba congolaise dont il est un des derniers géants. Son nouvel album, Cantos d’Esperança, résolument nostalgique, a le parfum des premiers jours des indépendances.

Paris Juillet 2013 : Sam Mangwana se trouve à Paris où il répète avec quelques artistes la comédie musicale dénommée « Heza » - dans le cadre du Festival Arts Comores – qui a lieu à Marseille le 30 juin 2013.

Sam Mangwana Congolais ou Angolais ?

Une question qui ne devrait même pas se poser, mais que d’aucun ne cesse de poser. Sam Mangwana est né à Léopoldville-Kinshasa (Congo-Belge) le 21 Février 1945, de parents originaires de Maguela do Zombo, (Province d’Ulge, au nord de l’Angola) et qui ont travaillé toute leur vie à Kinshasa. Naturellement, à l’indépendance de l’Angola en 1975, tout Angolais se devait soit de garder les deux nationalités soit de réintégrer sa nationalité d’origine ; le cas de Sam Mangwana. Quoi qu’il en soit, il tire de la présence familiale au Congo Belge, puis au Congo démocratique un goût prononcé pour le voyage, les langues et une curiosité naturelle pour les autres cultures. Sa connaissance du Portugais, du Lingala, du Swahili, du Français, de l’Anglais, du Kikongo et son apprentissage de l’Espagnol font de lui le chanteur ténor le plus polyglotte du continent. Mais étant africain, il demeure chez lui dans tous les pays d’Afrique où la culture est Une.

Les Albums : Pour l’essentiel, ci-après le recueil des albums de Sam Mangwana :
• Cantos de esperança • The very best of 2001 • Wenze wenze • Galo negro • Maria Tebbo - Waka waka • Georgette Eckins • No me digas no • Rochereau, Sam Mangwana et L'African Fiesta 1968 / 1970 • Rumba music • Mega mix • Sam et Franco : Forever • Aladji • For Ever • Franco & Sam Mangwana et le T.P. OK Jazz (1981-1982)

Clément Ossinondé
clementossinonde@starducongo.com

Lu 2055 fois


Vos commentaires:

1.Posté par RUFIN HODJAR EL SALSERO CALIENTE le 24/06/2013 11:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
J'ai écouté l' album "Cantos de esperança", c'est un vrai chef d’œuvre, Sam Mangwana a montré qu'il était au dessus de la mêlée et sa forte expérience musicale est un acquise au cours des années, est un atout qui lui permet d’être à l'aise dans presque tous les styles de musique. Je voudrais souligner la mention spéciale pour sa version de la chanson "Comité Bantous". Cette version à mon sens est l'une des versions les plus réussies de cette chanson des bantous de la capital, que du bon rythme au gré du bonheur. Merci Tonton Clément OSSINONDE pour nous avoir rappelé le parcours de ce Baobab de la musique africaine.
Son côté Salsero me désarme et m'enthousiasme; il force l'admiration. En tout cas ce papa est un artiste COMPLET!

2.Posté par MOLANGI''A PEMBE le 24/06/2013 15:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
1965: Orchestre TEMBO de Loubélo De La Lune,à Brazzaville,aux côtés de Ange Linaud et Démon Kazano.Une omission peut-être,de la part de Tonton Clément,sûrement pas un oubli,j'en suis sûr!
MOLANGI'A PEMBE

3.Posté par KingDepanzul le 25/06/2013 14:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Effectivement cette biographie presque complète, seulement je suis a rectifié une chose/: SAM MANGUANA est de nationalité Angolaise puisque la double nationalité n'existait pas au Congo/Zaïre. Selon la constitution Zaïroise,

4.Posté par RUFIN HODJAR EL SALSERO CALIENTE le 25/06/2013 15:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Monsieur King, je pense que par rapport à son parcours panafricain Sam Mangwana est de nationalité PANAFRICAINE, c'est un vrai citoyen de l'Afrique. Il est vrai que ses parents sont de l'Angolais, mais quand on voit son parcours musical il a roulé sa bosse un peu partout en Afrique, c'est un citoyen du monde par sa carrure musicale.

5.Posté par YAMOUWONDA le 26/06/2013 01:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Depuis quand donne t on des mentions spéciales aux chansons reprises ou falsifiées ? N est ce pas la un travail de copier colleurs , faiseurs du surplace , disons brièvement des paresseux ?
Il est vrai que le ridicule ne tue pas.

6.Posté par YAMOUWONDA le 28/06/2013 21:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Oh ! Comme tu as trop ecrit n importe quoi avec ta pensée unique , te voila maintenant pris par tes propres ecrits. Reviens maintenant me dire que ce n est pas ce que tu as ecrit ou que tu voulais dire, ou mieux encore que je suis hors sujet. Envoie au moins ton ami kaké faire ton Avocat.
A force de trop sauter , la puce finit par se retrouver dans une poêle d huile chaude.
Pourquoi la chanson Mwana Djambala dont nous parlions tout dernièrement n aurait elle pas eu du bon rythme au gré de ton bonheur , au dépens de sa version originale comme c est le cas pour la chanson Comité ya Bantou ?
N avais je pas dit que tu es limité.
Okangui mbanga ?

7.Posté par RUFIN HODJAR EL SALSERO CALIENTE le 29/06/2013 13:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Saperlipopette! Bachi Bouzouk! Et voilà il ne manquait plus que ce trouble fête de Yamouwonda, qui confond le ciel et la terre, le jour et la nuit, le bleu ciel et le bleu foncé! Mais mon cher comme on dit "comparaison n'est pas raison" nous sommes sur un sujet autre qui n'a rien à voir avec ce que tu est entrain de dire. Tu confond les deux chansons. Si tu n'a rien de nouveau à apporter dans cette causerie, reste tranquille tu paraitras plus sage au lieu de nous injecter ton mauvais venin.

8.Posté par RUFIN HODJAR EL SALSERO CALIENTE le 29/06/2013 17:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Nous sommes sur un sujet précis, sur un artiste précis, Yamouwonda en mal d’inspiration surgit de nulle part pour venir donner des leçons et faire de la moral. Franchement ce Monsieur a un problème avec lui-même. Il est tellement rêveur qui croit et pense détenir la science infuse. Je plains ton sort cher intervenant. Tu n’a rien compris et tu ne comprendras rien. Nous parlons de Sam Mangwana, et non TBK, penses avec la tête et non avec les pieds ! Tu commences à devenir un problème pour Starducongo tellement que tu dis des choses à tort et à travers.

9.Posté par YAMOUWONDA le 30/06/2013 15:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C est toi qui essayes de dévier le sujet. Tu as tout dernièrement dit que tu m attendais au prochain article mais pourquoi te plains tu de me retrouver ?. Je commence plutôt a devenir un problème pour toi et non pour stardu Congo. Je ne vais pas perdre mon temps pour rapporter tes écrits ici pour que tu comprennes que je ne parle ici ni de Sam M ni de TBk et je ne fais aucune comparaison nulle part entre ces deux artistes ou leurs deux chansons.

Ma question que je reprends est la suivante.
Depuis quand donne t on des mentions spéciales aux chansons reprises ou falsifiées ? N est ce pas la un travail de copier colleurs , faiseurs du surplace , disons brièvement des paresseux ?

10.Posté par RUFIN HODJAR EL SALSERO CALIENTE le 30/06/2013 20:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Repars à l’école de la sagesse Yamuwonda tu en tireras profit.! Tu deviens comme un quinqugebaire qui a perdu la mémoire

11.Posté par RUFIN HODJAR EL SALSERO CALIENTE le 30/06/2013 20:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je dis un quinquagénaire qui a perdu la mémoire et même la raison; car ce que tu dis est parfaitement insensé, tu as perdu la raison;, fais attention comme on dit en anglais: pay attention!!!!!

12.Posté par YAMOUWONDA le 30/06/2013 20:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Est ce que tu sais ce que peut te valoir le fait de ne pas répondre a ma question ?

13.Posté par RUFIN HODJAR EL SALSERO CALIENTE le 01/07/2013 08:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est plutôt toi qui dois te taire, tu es entrain de pourrir ce espace avec tes propos mal à propos, les gens te fuient comme la peste, tu es parfaitement indésirable sur ce site, si tu le sais pas, laisse moi te dire que t'es un vrai problème sur Starducongo. Tu t'en prends aux gens pour des futilités. On n'as pas de besoins de tes interventions, car tout ce que tu dis rime avec la négativité. Il faut naitre de nouveau pour redorer ton blason. Bien au contraire c'est qui devrais souder tes lèvres pour te faire valoir, car je ne sais pas qu'elle mouche t'as piqué pour que tu interviennes au commentaire N°5 face à ma déclaration. Quand je dis que t'as perdu la raison, j'ai pas du tout tord étant donné que tu te contredis toi même. Tu n'es pas une référence pour que je te cite, oh làlà!!!! Je suis désolé!!! Fais toi valoir par des posts constructifs, on connait ta chanson, et ton disque est rayé mon cher.

14.Posté par YAMOUWONDA le 01/07/2013 17:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pourquoi est ce que tu crois détenir le monopole d intervenir face aux déclarations des autres ? Lorsque j ai lu ceci dans ton post ; Je voudrais souligner la mention spéciale pour sa version de la chanson "Comité Bantous". Cette version à mon sens est l'une des versions les plus réussies de cette chanson des bantous de la capital, que du bon rythme au gré du bonheur`` je me suis dis qu il y a quelque chose qui ne va pas en toi.

Par rapport a tes propos tenus a peine quelques jours sur l article de la chanson Mwana Djambala ne trouves tu pas qu il y a contradiction ?

Pour que tu ne veuilles pas me répondre, ce n est pas le fait du hasard. En reprenant ou falsifiant cette chanson ,version a laquelle tu attribues une mention spéciale ,Sam M devrait t il pas être un faiseur du surplace, un paresseux etc. ?

15.Posté par moya kallon''gui le 01/07/2013 23:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je voudrai savoir ce qu'est devenu MOYA RINGO

16.Posté par YAMOUWONDA le 02/07/2013 03:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Comme je l ai tantot ecrit, il y a quelques jours dans un article tu ecrivais ceci et je te cite ;
Il faut plutôt encourager les artistes à créer et non à contrefaire ce qui existe déjà les gens doivent faire de la recherche au lieu de faire du « surplace » et de la copie conforme » comme le veut notre « conseiller culturel et expert en musique » Yamouwonda , partisan du moindre effort de la paresse intello-culturelle et de la facilité.

Dans cet autre article ,a ton post 1 tu as écrit ce qui suit et la encore je te cite:
Je voudrais souligner la mention spéciale pour sa version de la chanson "Comité Bantous". Cette version à mon sens est l'une des versions les plus réussies de cette chanson des bantous de la capital, que du bon rythme au gré du bonheur.

Ne vois tu pas qu il y a de la contradiction dans tes propos ? Comment peux tu venir encourager ce paresseux, partisan du moindre effort etc.. de Sam M en attribuant une mention spéciale a sa copie conforme d une chanson ?

Tu considères tes propos, auxquels je m en prends, pour des futilités et tu n as tort mon gars.

17.Posté par RUFIN HODJAR EL SALSERO CALIENTE le 03/07/2013 13:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Yamouwonda, il faut réfléchir avec la tête et non avec les orteils. On te l’a plusieurs fois dit la confusion que tu entretiens ne t’amèneras nulle part.
Comité Bantous est une chanson des Bantous de la Capitale composée par Nkouka Celestin. Sam Mangwana musicien émérite a voulu rendre hommage à ses collègues des bantous en reprenant cette belle chanson qui à mon sens est une chanson classique de la musique congolaise. Il n’y pas de mal a faire une reprise d’ailleurs c’est une pratique courante chez les musiciens. Sais-tu combien de versions il y a pour les chansons ci après :
- EL MANICERO
- GUANTANAMERA
Dans mon maxi single Olomi el marrido, j’ai rendu hommage au Grand José MISSAMOU en reprenant sa chanson « Gosar en la noche » ; Lorsqu’on reprend une chanson on doit l’enrichir et non l’appauvrir. La version que tu demandais de la chanson Muana Djambala est une version erronée car tu le voulais en langue téké, alors que la chanson originale est en Lingala, tu avances une argumentation parfaitement débridée, les professionnels de la musique te donnent leur avis mais tu t’entêtes et tu persiste à ne pas le suivre. Que connais-tu de la musique ?????

As-tu déjà écouté la version Sam Mangwana de Comité de Bantous ??? Tu discutes des choses qui te dépassent et dont tu n’a pas la maitrise, mais mon frère tu tourne en rond et comme le ridicule ne tue pas chez les congolais, tu penses convaincre les gens avec cette argumentation d’une nullité sans pareille !

Prends le temps d’écouter la chanson Gosar en la noche de José Missamou, et prends aussi le temps d’écouter la version de Rufin Hodjar el salsero caliente et tu verras le travail quia été fait. Loin de l’appauvrir et loin de faire du surplace, je te dirai que je l’ai enrichi à bien des égards, et cet hommage rendu à ce Grand Musicien congolais a été apprécié par les Grands.

Notre ami Moya Kallongui a posé une belle question, toi qui es « le professeur qui connait tout » merci de répondre à cette question, ce sera plus sage au lieu de nous débiter des énormités. Je dois peut être te parler en mbochi ou en lari, ou même en téké ( puisque tu deviens le chantre de celle langue)et pourquoi pas en chinois pour que tu comprennes le sens ce débat, car l’amalgame que tu es entrain de faire en revenu sur ce qui s’est passé n’est pas réaliste, tu sais mieux que moi et on ne te le dira jamais assez : « COMPARAISON N’EST PAS RAISON » Retrouves tes esprits et reviens sur terre, car là où tu te trouves, t’es complètement déconnecté de la vérité.

18.Posté par YAMOUWONDA le 03/07/2013 19:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je veux que tu comprennes qu il y a deux cas de figures que je suis entrain de souligner .D abord celui de reprendre une chanson et l autre de l interpréter dans une autre langue.
Tu dis que lorsqu’on reprend une chanson on doit l’enrichir et non l’appauvrir, mais qu est ce qui te fait dire que si un autre artiste avait repris cette chanson de Mwana Djambala il l aurait appauvrie d abord en le chantant en lingala ou secondo en le chantant en téké.
Tu dis que tu as repris la chanson de José M , est ce la une façon d encourager les gens a créer ?
Est ce que ce n est pas la une façon de contrefaire ce qui existe déjà ?
Pourquoi les chansons que tu viens de citer ont elles eues plusieurs versions et que cela ne peut pas être le même cas par exemple pour la chanson Mwana Djambala ?
Tu viens de dire qu il n y a pas de mal a faire une reprise,ce qui est une pratique courante chez les musiciens .Ne viens tu pas complétement contredire ta première citation et par ricochet la seconde?

19.Posté par YAMOUWONDA le 03/07/2013 22:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et lorsque je parlais tout dernièrement de dépoussiérer la chanson Mwana Djambala qu est ce que tu avais compris ? Quand j ai parlé de ce que l on pouvait faire avec les nouvelles techniques d enregistrement de quoi penses tu qu il s agissait ? N était ce pas pour l enrichir ?

Le temps passant , toute cette nouvelle technologie que l on déploie actuellement nous fait voir la pauvreté ,instrumentalement parlant ,des anciennes chansons . Nous avons eu l exemple avec Pierre M qui a repris ces chansons et qui a été satisfait de son travail.
N est ce pas cette évolution qui a fait que tu sois aujourd hui très content du fameux travail que tu as fait sur cette reprise de JM et qui a été apprécié des grands ?

Pourquoi moi ,YAMOUWONDA ,lorsque je dis que ce genre de travail que tu prétends avoir bien fait sur la chanson de JM peut être aussi fait sur la chanson de TBK , estimant qu elle est maintenant pauvre, toujours instrumentalement parlant , et qu il faut l enrichir , tu te jettes la tête première sur mon propos.
N as tu jamais entendu qu il y a des chansons qui sont reprises dans d autres langues , toi Monsieur l artiste ?

De ta part j avais cru comprendre que reprendre une chanson, c est lui enlever toute sa saveur , son élégance. Il n y a que toi qui fait exception a ta propre règle.

20.Posté par RUFIN HODJAR EL SALSERO CALIENTE le 04/07/2013 08:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mdr" mort de rire" comme disent les facebookiens! Et voilà notre ami commence à copier mes thèses sur l'enrichissement des œuvres artistiques, lui qui parlais de copier coller et de reprendre dans une autre langue (il n’avait pas parlé d’enrichissement instrumental, je suis désolé sinon on n’aurait pas tiré en longueur) En manque d’argument, le voilà notre spécialiste conseiller en musique commence à s’approprier mes arguments et à en faire siennes. Ok Merci puisque tu commence à me comprendre je suis tout à fait d’accord avec toi sur ce sujet de l’enrichissement des vieilles chansons. La démonstration « magistrale » que je viens de faire avec un exemple palpable sur le chanson du Grand José Missamou El salsero de Brazzaville a été tellement convaincante que notre cher Yamouwonda a compris la leçon.
Merci pour cette merveilleuse compréhension mon grand, à cette allure tu feras des contributions significatives sur Starducongo notre plateforme commune. Effectivement STARDUCONGO ne veut pas des débats inutiles qui appauvrissent ce site bien au contraire.
Ce site a été crée pour les artistes et les mélomanes participent activement en échangeant des avis allant dans le sens de l’amélioration et de l’évolution de notre culture.
Alors loin de venir faire le « matalana »ici, Rufin Hodjar votre humble serviteur vient ici pour apporter sa modeste contribution dans le débat des idées.
Il faut surtout reconnaitre que Starducongo contribue entre autres à l’évolution et à la promotion des artistes du Congo Brazza en particulier et du monde en général, par ses publications et autres analyses.
C’est donc une vitrine qui joue un rôle un très important pour faire connaitre la musique des deux Congos entre autres. Ceci n’est ni un discours laudateur, ni une flagornerie, mais une reconnaissance sincère vis-à-vis du travail fait par l’équipe qui coordonne ce site.

21.Posté par YAMOUWONDA le 04/07/2013 19:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tu es tellement subjugué par le fait de vouloir me contredire que tu t es fait prendre par tes propres propos, jeune frère.

22.Posté par RUFIN HODJAR EL SALSERO CALIENTE le 05/07/2013 11:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Eh oui mon cher YAMOUWONDA, tu n’as pas pu mettre en brèche l’argumentation que je viens de présenter, je ne suis pas subjugué par le désir de te contredire bien au contraire, je voudrais que tu apprennes à prendre en considération les arguments des uns et des autres pour mieux faire tes analyses.
Je suis d’autant plus satisfait de constater que tu as enfin repris le droit chemin en empruntant la voie de la raison.
Je voudrais « fraternellement » te poser une question d’actualité, il est vrai que notre plateforme Starducongo en parlera dans les jours qui vont suivre, mais je voudrais tout de même te poser cette question afin d’en avoir une idée venant de toi bien sûr.

J’attends ta permission.

23.Posté par YAMOUWONDA le 06/07/2013 04:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
As tu compté le nombre de points d interrogation qui pilulent dans mes posts ,pour ne citer que les 18 et 19 ?
Tu n as pas voulu y répondre , comme a ton habitude et tu sais pourquoi.
Si je ne prenais pas tes arguments en considération pourquoi alors t ai toujours dit que seuls tes propos m intéressaient et non ta personne? Tant mieux pour toi si tu as compris que ton français n est pas si compliqué a comprendre.
Quand est ce qu avais je quitté le droit chemin pour que je vienne aujourd’hui a le reprendre? Il me semble pourtant ne l avoir jamais emprunté.
Tu n as besoin de ma permission pour poser ta question. Il faut seulement que tu saches d avance que je ne suis pas obligé d y répondre. Attendons que Starducongo vienne en parler . Je n interviens jamais pour le plaisir de le faire.Pourquoi est tu pressé comme la diarrhée ? Je ne t ai jamais dit que , comme toi ,je connais tout et que je suis sorti de la cuisse de Jupiter. Et puis ,je croyais que tu n avais rien a foutre de mes avis. C est quoi cette soudaine envie que tu as de vouloir me retenir , moi que les gens fuient comme la peste?
Tu es maintenant convaincu que mon venin est comme un antidote pour toi.

Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes