Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Sam Mangwana : la secrète recommandation de son père, qui a fait de lui un artiste engagé


Par SDC, Starducongo.com | Mardi 22 Mars 2011 | Lu 1399 fois | 2 Commentaires



Sam Mangwana. Ph. AEM
Sam Mangwana. Ph. AEM
Kinshasa. La rencontre avec Rochereau et l’African Fiesta sera décisive puisque le travail de Mangwana en tant que chanteur et arrangeur ira même jusqu’à être la clef de voûte de certains disques de celui qui lui mit le pied à l’étrier.

Géant de la Rumba congolaise, chantre du panafricanisme, Sam Mangwana brasse les styles avec une joie et une énergie non dissimulées. Né à Kinshasa en 1945 de parents angolais émigrés au Congo Belge, Sam Mangwana est marqué très tôt par l’exil familial qu’il a su positiver par un goût prononcé pour le voyage et une curiosité naturelle pour les autres cultures.

« A cette époque, en Angola », explique l’artiste, « il y avait les travaux forcés dans les plantations de café, y compris pour les enfants à partir de 14 ans. Mes parents résistant à la colonisation ont fui la dureté de l’administration portugaise ».

Sam Mangwana grandit dans l’amour de la musique. Son père tient une grande épicène à Kinshasa (Congo Belge) et sa maman, qui fait partie d’une association culturelle de mamans angolaises, chante pour les grands événements (mariage, funérailles, manifestations culturelles).

Le jeune garçon, à l’écoute des programmes de Radio Congo Belge, se nourrit de l’influence d’artistes venus du monde entier (Cuba, Espagne, Italie et Etats­-Unis).

Formé par les missionnaires de l’Armée du Salut, le jeune Samuel s’initie au chant dans la chorale de l’église de Kasangulu (à 40 km de Kinshasa), où il est en internat.

«C’est presque par accident que j’ai rencontré Pascal Tabu Rochereau et Docteur Nico », explique celui qui est aujourd’hui devenu une référence pour des générations d’artistes.

«C’est à leurs côtés que je me suis formé au chant alors que je n’avais que 18 ans ». Dès lors, et malgré la désapprobation paternelle, les groupes s’arrachent le jeune talent.

Sa voix exceptionnelle, son sens musical, son charisme et son humour font, en effet, de lui l’un des meilleurs « ambianceurs » de sa génération. « Mon père a fini par comprendre que chanter était mon destin », explique l’artiste, « Peut être que c’est ta mission dans ce monde, m’a t-il dit, mais n’oublie jamais de lutter pour la liberté de l’Angola, n’oublie jamais de te battre pour la liberté de l’Afrique ». Une promesse que ce grand musicien ne sacrifiera jamais sur l’autel du succès. Ses textes chantés dans sept langues différentes (lingala, kikongo, bambara, swahili, français, anglais, portugais et espagnol) sont tous porteurs de messages de paix, de tolérance, prônant le rapprochement des cultures et le respect de l’autre dans sa différence.

La rencontre avec Rochereau et l’African Fiesta sera décisive puisque le travail de Mangwana en tant que chanteur et arrangeur ira même jusqu’à être la clef de voûte de certains disques de celui qui lui mit le pied à l’étrier.

Parce qu’il parle portugais, c’est à Sam que l’on confie l’interprétation du répertoire latino.

Il connaît alors par coeur tous les tubes de l’orchestre Aragon, Johnny Pacheco, Harry Bellafonte, du Trio Maravilles sans oublier Tito Puente.

C’est la grande époque où la biguine, le meringe, la mazurka et le calypso, musiques aux racines africaines sont ré­africanisées.

C’est le triomphe de la rumba congolaise. Outre ses talents artistiques et linguistiques, le sens de l’organisation de Mangwana est également précieux aux groupes qui voient arriver la signature de leurs premiers contrats.

Ainsi, des 1965, Sam Mangwana, parraine, un grand artiste du Pool Malebo (région entre Kinshasa et Brazzaville), Loubelo « de La Lune » membre de la Sacem alors que la plupart de ses confrères ne pensent pas à protéger leurs œuvres.

En 1970, à 25 ans, Sam sera le premier également à créer son propre label: Sonora.

Visa (via digitalcongo)
Lu 1399 fois


Vos commentaires:

1.Posté par mwenzé le 22/03/2011 18:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pourquoi Sam Mangwana a-t'il toujours caché jusqu'ici ses véritables débuts musicaux à Brazzaville,de 1963 à 1965,dans les orchestres Los Batchitchas puis Tembo de De la Lune?Mélomanes et biographes devraient le savoir.On ne triche pas avec l'histoire tant qu'on a encore des compatriotes vivants!

2.Posté par mwenzé le 22/03/2011 21:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Non,non et non!Sam Mangwana ne pouvait en 1965 parrainer Daniel Loubélo De La Lune,alorsque c'est l'inverse qui est la réalité.Effectivement Sam Mangwana est membre de l'orchestre Tembo de De La Lune,le plus grand bassiste de sa génération de la musique congolaise,chef d'orchestre OK-Jazz de 1957 à 1964,année où il retrouve son pays natal à la faveur de l'expulsion par Moïse Tchombé,de tous les sujets originaires de la rive droite du fleuve Congo vivant à Léopoldville(Kinshasa).Et ce après l'orchestre Los Batchitchas,un ensemble de deuxième catégorie musicale à Brazzaville.C'est dans l'orchestre Tembo,encadré par les chanteurs Ange Lino et Démon Kasano,deux grands calibres de l'époque, qu'il connaîtra la consécration qui facilitera son intégration dans l'African-Fiesta National 1966 du Seigneur Rochereau.Sam Mangwana a toujours occulté cette première page,pourtant authentique, de ses débuts dans la carrière musicale.Dans l'orchestre Tembo il signa en 1965 la chanson "Jolie",excellent boléro,inédit.Je mets Sam Mangwana au défi de démentir mes propos.De la mélodie de ce boléro n'est resté dans ma tête que le refrain que je pourrai lui fredonner.Gardons-nous de déformer l'Histoire,spécialité dévolue aux politiciens et autres historiens partisans africains.Merci.

Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes