Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Spectacle : la compagnie Lisanga présente « Matricule 22 » à Brazzaville


Par Brazzaville-Adiac | Jeudi 14 Juin 2012 | Lu 329 fois | 0 Commentaire



En marge du festival des Rencontres itinérantes des arts de la parole et du langage (RIAPL) au titre de sa 8eédition, qui s'est clôturée le 10 juin sous une note de satisfaction générale, la troupe d'Orchy Nzaba a fait un clin d'œil au public

On a noté parmi les innombrables prestations du RIAPL, la montée sur scène de la compagnie Lisanga qui a présenté sa nouvelle pièce intitulée « Matricule 22 ». Une production en public au Cercle culturel Soni Labou Tansi pour attendre decelui-ci éventuellement des critiques pouvant améliorer l'écriture de la pièce en évolution.

« Matricule 22 résume en effet une histoire congolaise, africaine, qui devient finalement une histoire du monde, allant des années très reculées à nos jours. C'est un héritage reçu grâce au combat qui nous a permis une ouverture sur la diversité des expressions culturelles que nous avons aujourd'hui. Cela constitue la richesse de nos différences », a expliqué Orchy Nzaba.

Mais en réalité, « Matricule 22 » n'est autre que le numéro que portait André-Grénard Matsoua. Ce Congolais a pendant longtemps protesté contre l'indigénat qu'il qualifiait d'injustice, car tous les humains sont égaux. « Une danse contemporaine s'inspire toujours d'une époque, de son entourage, du vécu et du mouvement utilitaire. De ce point de vue, j'ai l'impression qu'au Congo, on est un peu à côté, parce qu'on a subi le formatage », poursuit-il.

C'est en réalité, le questionnement de cet artiste-chorégraphe qui pense que la danse contemporaine a été victime du formatage. Outre la prochaine édition du festival Makinu Bantu prévue en octobre 2012 à Brazzaville, la pièce « Matricule 22 » sera jouée aux rencontres chorégraphiques « Dialogues de corps » à Ouagadougou en décembre prochain.

Le festival RIAPL, avec la participation des conteurs du Togo, du Niger, de France, du Canada et de RDC, a remporté un vif succès. Étant un festival de parole, l'aspect artistique et la conception des diverses rencontres ont été jugés à la hauteur de l'événement.

Pour la survie des entités culturelles, Orchy Nzaba souhaite qu'une organisation entre les artistes, avec l'appui du ministère de la Culture et des institutions intergouvernementales, soit mise en œuvre, en prenant par exemple en ligne de compte, l'amélioration des espaces de production à l'instar du Cercle Culturel Soni Labou-Tansi.

Jean Dany Ébouélé
Lu 329 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes