Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Sports. Résurgence des vieux démons de la violence


Par Lepatriote-congo.com | Mardi 24 Avril 2012 | Lu 321 fois | 0 Commentaire



Dimanche 15 avril 2012, au terme de la rencontre de football entre Diable-Noirs et Cara, la rue a connu encore une fois, contre toute attente, une agitation inhabituelle. Des supporters, de retour du stade Alphonse Massamba Débat vers les quartiers nord de Brazzaville, ont semé la terreur et la désolation avant d’être dispersés par les forces de l’ordre.

C’est vraiment curieux. Il y a ces derniers temps, dans la capitale, des faits et gestes qui semblent trahir la volonté de quelques malins citoyens à créer à tout prix l’étincelle qui engendrerait l’embrasement. On excelle ainsi délibérément dans la provocation qui a tout l’air d’une manipulation politicienne. Car, voyez-vous, Diables-Noirs - Cara s’était plutôt déroulé dans un très bon esprit. Et c’est tout logiquement que l’équipe de Diables-Noirs l’a emporté par un but à zéro. Rien, absolument rien ne présageait le déferlement sauvage qui allait s’en suivre. En tout cas, un bon groupe de supporters s’est formé pour se diriger en direction des quartiers nord de Brazzaville. Alors, ces voyous se sont mis à se défouler sauvagement sur les passants, les automobilistes, les édifices publics tout en entonnant, dans le même temps, des chants désobligeants. Là, il n’y avait plus rien à voir avec le sport. On était plutôt en face de honteuses déviations qui trouvent dans le sport un terrain propice. Le comble, c’est que cela touche un club qui traînait jusque-là la réputation d’être sans doute le plus fair-play de la capitale.

En effet, le Cara était toujours appelé affectueusement « Bana Nzambé » (enfants de Dieu). Les « enfants de Dieu » étant ceux-là qui ont l’obligation de respecter les dix commandements et de prêcher l’excellence. C’est pourquoi, dans les arènes sportives, les « Aiglons » étaient réputés pour leur façon de créer une ambiance festive. Ils chantaient, dansaient et chambraient pour faire et se faire plaisir. Le Cara, disait-on, était une équipe de gens civilisés et d’intellectuels.

Mais, depuis un moment, la famille des « fiancés » est plutôt en train de perdre ses repères pour verser dans le vulgaire. Il n’y a pas si longtemps, ces mêmes supporters du Cara ont osé s’en prendre à Gaëtan Odounou au vu et au su de tout le monde. Gaëtan Odounou est, pourtant, une icône dans le staff dirigeant du sport congolais. Il a su rendre d’émi-nents services non seulement au Cara handball ou football mais aussi à l’ensemble du sport de notre pays. C’est un passionné qui s’est mis généreusement au service du sport en sacrifiant son énergie, son temps, son argent et sa famille. Il a, malheureusement, été récompensé en monnaie de singe. C’était peut-être là le signe annonciateur de la perversion pour « Bana Nzambé ». Car il a suffi que le Cara football perde un match de championnat pour que l’entraîneur Rody Moutaro reçoive la visite de quelques supporters qui l’ont proprement rossé. Résultat ? Une jambe cassée et quelques sévères contusions notamment au bras. Cette fois encore, hélas, aucun dirigeant n’a réagi pour ramener l’ensemble de la famille au bon sentiment. Depuis, le Cara n’est plus lui-même. Il est désormais un terrain propice à la manipulation. Alors, si on n’y prend garde, c’est du sport que viendra le plus grand danger pour la République.

Ce qu’on a vu ce 15 avril n’est, peut-être, qu’un avertissement. Il suffirait qu’un arbitre ait, à l’avenir, un coup de sifflet ‘tordu » pour que la justification soit trouvée. Ce pourrait donc être là l’occasion tant rêvée par la main noire pour embraser la ville-capitale et, peut-être, le pays tout entier. Alors, c’est au président Blaise Elenga de reprendre les choses en mains et de remettre de l’ordre. Car, dans ce qui se passe, c’est peut-être lui-même qui est aussi visé. Car jamais, au grand jamais, les « Aiglons » n’étaient aussi allergiques à la défaite. Il convient de faire que le Cara redevienne une respectable famille où se cultivent le respect de l’autre, des lois et règlements, le civisme et le fair-play. Il s’agit de fermer la porte à l’infiltration susceptible de devenir un danger public.

G.E.
Lu 321 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes