Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

System A, Jimmy Yaba, Musikasika et CNN : Le succès en mode continu


Par Afriqu'Echos Magazine | Jeudi 5 Janvier 2012 | Lu 831 fois | 1 Commentaire



Clovis Nguma et Papy Mpombolo Tibeleuse avec Musikasika (à l’arrière-plan)|Photo : © AEM
Clovis Nguma et Papy Mpombolo Tibeleuse avec Musikasika (à l’arrière-plan)|Photo : © AEM
Jusqu’à 4 heures du matin, les noceurs du réveillon de la Saint-Sylvestre, à la salle des spectacles des Dervallières (Nantes) étaient comme vissés sur leurs chaises se contentant d’applaudir la fin de chaque chanson. Puis, après trois chansons dans le style rumba tranquille bien senties, le public s’est pris au jeu et la piste de danse n’a plus désempli. Les musiciens ont affiché une complémentarité de talents et d’expériences qui a offert une musique de toute beauté. Et, en véritable maître d’ambiance, CNN s’est déchaîné et le public le lui a bien rendu : la salle fut en osmose jusqu’à la dernière note jouée à 6 heures 45. De concert en concert, de festival en festival, l’orchestre System A a appuyé sur le bouton « Succès en mode continu ».

Les musiciens de System A ont trouvé la clé de leurs prouesses scéniques : butiner dans le savoir-faire et les expériences de cracks mais aussi de jeunes musiciens doués qu’ils sollicitent régulièrement. Ce 1er janvier 2012, Jimmy Yaba (Zaïko Langa Langa) à la guitare mi-solo a apporté une technicité et une expérience inestimables, tandis que Musikasika (Wenge Musica Maison Mère) à la guitare aussi (accompagnement) a affiché une palette de qualités et une application remarquées par les mélomanes les plus avertis. Avec un Dady Boussole aux riffs endiablés à la guitare solo, Clovis Nguma qui a offert du lourd à la basse, Blaise Nsingi maître ès congas et Hendrix à la batterie, les musiciens ont livré une prestation empreinte de réelle déférence au beau, à l’esthétique, au plaisir et à l’émotion.

Gailord Kavenah, la scène lui va désormais si bien…

Au chant, si Makosso a consolidé son statut de chanteur sensuel et de bête de scène, Papy Mpombolo Tibeleuse, lui, améliore à chaque concert son chant et reste un métronome admirable dans la gestion du groupe et de la scène. Ce concert aura surtout révélé un Gailord Kavenah plus sûr au chant et surtout plus du tout coincé, radieux… Le beau gosse n’a pas hésité, plusieurs fois, de demander aux musiciens de jouer moins fort afin de donner plus d’amplitude à ses solos vocaux, à ses improvisations et aux dédicaces qu’il a distribuées de bonne grâce à un public médusé par la métamorphose du jeune chanteur.

Point de doute : l’humanité est entrée dans une nouvelle année comme Gailord et System manifestement dans une nouvelle ère.

Botowamungu Kalome
Lu 831 fois


Vos commentaires:

1.Posté par tima le 02/02/2012 21:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
jopmerci pour cette idee

Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes