Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Télésud : « Lady vous écoute » ou l’art de rendre tout propos intelligible


Par . Pagesafrik | Dimanche 20 Juin 2010 | Lu 620 fois | 0 Commentaire



La journaliste Lady Ngo Mang
La journaliste Lady Ngo Mang
Plus il naît des chaînes de télévision, plus l’offre télévisuelle s’uniformise : les émissions sont formatées à l’identique avec ces talkshows, plus ou moins niais, qui n’ont de différence que la couleur de la cravate ou le brushing des animateurs. Là où l’ego guide les intervieweurs, sur Télésud, une chaîne afro qui diffuse depuis Paris, la Camerounaise Lady Ngo Mang redonne quotidiennement au journalisme et à la télévision, la noblesse de la pertinence, la rectitude de la rigueur intellectuelle et l’humanité d’une femme engagée à l’écoute d’une société dont elle fait émerger la parole vraie.


Sans se démonter, sur le plateau de Télésud, un journaliste ivoirien prédit de beaux jours à l’excision et la considère comme un élément constitutif de l’identité de ceux qui la pratiquent. Il plaide pour qu’on laisse ces peuples s’adonner à ce qu’il considère comme la « préservation de leur culture ». Lady Ngo Mang, sans jouer à la vierge effarouchée, relance son invité par des questions qui l’enserrent comme une nasse attrape-illuminés. Regard perçant, le ton posé, la journaliste prend, sans le rechercher, l’ascendant moral sur son invité qui n’en finit pas de s’enfoncer. Mais, la journaliste camerounaise n’est pas marchande de bonhomie pour question d’image, quelques-uns des intervenants à son émission ont reçu des reparties cinglantes comme ce monsieur qui ne semblait pas, à ses yeux, mesurer la détresse des veuves qu’on dépossède de tout en Afrique.

Femme de ménage, première dame, chef d’entreprise… même strapontin pour toutes

Brillante chercheuse en sciences humaines et militante des droits des femmes, d’égalité des chances, son émission « Lady vous écoute » vise à « mettre en perspective des horizons meilleurs pour les femmes et les hommes prisonniers des schémas sociaux ». Lorsqu’une ancienne institutrice ivoirienne vient présenter le livre retraçant son parcours de femme de ménage en France, son propos laborieux est canalisé par la journaliste qui en extrait la plus belle substance qui irradie le visage de l’auteur. Quand un homme politique ou un diplomate de haut rang est en face d’elle, la femme de télévision ne montre pas de déférence et ne se laisse pas aller non plus dans un style « rentre dedans » pour impressionner dans les salons. Mais, elle ne laissera pas, pour autant, s’exprimer la langue de bois dans son émission.

L’Afrique lui va si bien…

La qualité de l’image est essentielle à la télévision, Lady Ngo Mang le sait et y veille sans verser dans le narcissisme comme pour ne pas laisser son beau physique d’ébène (0 % d’hydroquinone) disputer la prééminence au contenu de son émission. Son look est une ode quotidienne à la mode africaine. Habillée et parée exclusivement en tenues et bijoux africains, tout lui va même si, pour dérider ses invités, elle moque parfois ses mensurations au dessus de la norme du mannequinat. Visage avenant, éternel petit sourire enjoué, son regard repose, mais quand elle fusille du regard un invité qui dérape, elle dégage une autorité intellectuelle presqu’intimidante.

Le paradoxe de Télésud

Télésud n’a pas inventé l’émission consacrée à la femme, mais celle qu’anime Lady Ngo Mang est exemplaire par la manière dont elle monte son plateau, agence les sujets, lance les débats et met les choses en perspective. Son émission est plus qu’une tribune, elle dégage les contours d’un observatoire et semble en prospective perpétuelle. La résonance de sa ligne éditoriale auprès des téléspectateurs est telle que la journaliste est familière de tous. Chacun est presque son intime et tout le monde l’appelle naturellement « Lady » comme une proche.

Paradoxalement, les tranches horaires réservées à cette émission reproduisent les préjugés dont souffraient les émissions de radio consacrées à la femme en Afrique : elles sont fixées à des heures qui ne sont pas de grande écoute comme si elles étaient réservées à la femme au foyer qui ne travaille point : du lundi au vendredi à 12 heures avec rediffusions à 8 heures et 0 heure. Une hérésie presque pour cette émission qui intéresse un public large dont on peut aisément vérifier la grosse cote d’estime auprès des téléspectateurs.

Peut-être aussi qu’un jour cette chaîne se débarrassera de cette grosse masse en bois qui fait office de table de plateau et qui obstrue presque le tiers de l’écran de télévision. Partout ailleurs, ce sont des tables en verre qui sont de mise. Le décor mériterait aussi d’être travaillé car visuellement le plateau manque de profondeur et on a l’impression que le décor de fond est à un centimètre de Lady, colée à son dos.

Ces carences n’affectent pas, heureusement, le rendu de « Lady vous écoute » qui aurait pu, qui aurait dû, s’intituler avec bonheur « Par ici le propos intelligible absolu ».

|Botowamungu Kalome (AEM)
Lu 620 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes