Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Tricheries sur l’âge et l’idendité des joueurs. Crevons l'abcès


Par Jean ZENGABIO | Vendredi 19 Décembre 2008 | Lu 906 fois | 0 Commentaire



Mpokossy (n°9) a nié avoir joué à Pointe-Noire: gros mensonge.
Mpokossy (n°9) a nié avoir joué à Pointe-Noire: gros mensonge.
L’affaire Mpokossy ou Kwakopossy n’arrête pas de défrayer la chronique, au Congo. Les réserves du Congo ayant été rejetées par la Caf (Confédération africaine de football), cette sentence a poussé la Fécofoot (Fédération congolaise de football) à interjeter appel. Elle a saisi, aussi, la Fifa, espérant obtenir gain de cause de ce côté là. Donc, la disqualification du Cameroun.

Des médias continuent, également, de chauffer l’opinion. Ils hurlent leur incompréhension. Ils s’acharnent, surtout, sur Issa Hayatou, président de la Caf. Parce qu’étant Camerounais, ce dernier, pensent-ils, tireraient les ficelles dans l’ombre, en faveur de son pays d’origine. Nous avions, aussi, dans ces mêmes colonnes, déploré la légèreté avec laquelle la Caf a réglé ce litige. Une confrontation entre le joueur Pokossy ou Kwakopossy et ses accusateurs ou un test IRM aurait été nécessaire, pour éviter toute contestation du verdict. Car l’âge civil dudit joueur, tel qu’il figure son passeport, n’est probablement pas une constante fiable.
Mais, de grâce, cessons d’accabler, seulement, la Caf. Les fédérations ne lui rendent pas, peut-être, la mission moins difficile.

Dans le cas de Pokossy ou Kwapokossy, nous ne serions pas les gentilles brebis victimes du grand méchant loup. Côté camerounais, on affirme que les dirigeants de J.SB de Pointe-Noire avaient changé, carrément, le nom de ce joueur, pour lui permettre d’évoluer dans leur équipe, en 2004. Qu’ils lui auraient facilité, aussi, l’obtention d’un acte de naissance congolais, délivré à Ollombo. De facto, ce joueur a pu obtenir la nationalité congolaise. Pour éviter que soit exigé un certificat international de transfert pour sa qualification. D’ailleurs, la nationalité congolaise apparaît sur la licence de Kwakopossy, transmise à la Caf par la Fécofoot.

La ligue du Kouilou avait-elle vérifié l’authenticité des pièces fournies par J.S.B? Répondant à cette question, l’ancien secrétaire général de la Fécofoot avait dit qu’on ne peut mettre en doute un acte officiel émis par l’officier d’état civil. C’est la même raison évoquée par Mustapha Fahmy, secrétaire général de la Caf, dans sa correspondance à la Fécofoot. On constate, donc, impuissant, les méfaits de l’indiscutable souveraineté nationale.

Le cas Pokossy ou Kwakopossy n’est pas unique au Congo. Des footballeurs de la R.D Congo viennent et partent, sans certificat de transfert international. D’autres disputent au cours de la même saison et le championnat du Congo et celui de l’entente provinciale de la ville de leur pays d’origine. On ferme les yeux. Certains utilisent de faux noms. Cela est connu de tous. Personne ne réagit. Un cas flagrant, celui d’un certain «Ebonzibato». Il est Centrafricain et a joué dans un club de Brazzaville sous ce faux nom congolais. Quelque mois plus tard, il s’est retrouvé au Gabon sous son vrai nom.

Par ailleurs, un cadre de la Fécofoot a avoué que notre pays avait aligné un joueur de 32 ans dans une compétition à limite d’âge. Il est passé, heureusement, entre les mailles du filet de la Caf. Ce n’est qu’un exemple parmi d’autres, disait-il, courageusement. Lors d’un séminaire à l’étranger, on lui aurait brandi une liste de faux juniors congolais ayant tripoté leurs âges. Une pratique à laquelle il compte, désormais, tourner le dos. Réussira-t-il?

Les infractions à la limite d’âge sont des coups de couteau dans le dos de tous ceux qui oeuvrent pour faire de l’Afrique un continent sain et porteur d’espoir. La Caf aurait pu saisir le cas Pokossy ou Kwakopossy, pour frapper fort, décourager les futurs candidats aux irrégularités, et faire disparaître, peu à peu ,les tentatives de certains pays pour fausser les résultats. C’est raté. Il reste aux fédérations nationales d’apprendre à ne plus jurer par la seule victoire. Et de faire un effort d’analyse, de critique des irrégularités qu’elles couvrent, dans leurs pays, avant de traiter la Caf de tous les noms d’oiseau. Après tout, le combat contre les tricheurs est le combat de tout le monde.

La Semaine
Lu 906 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes