LE PREMIER PORTAIL DE L'ETUDIANT CONGOLAIS


 
Le SYNESUP exige la libération des quatre enseignants incarcérés
Le Syndicat des enseignants du supérieur (SYNESUP) de l’Université Marien Ngouabi s’est réuni le 22 juin à Brazzaville pour examiner la situation relative à la détention de l’équipe pédagogique du baccalauréat général session de juin 2015. A l'issue de la réunion, il a demandé la libération des quatre enseignants incarcérés.

Au cours de cette réunion, le SYNESUP a exigé la libération dans les soixante-douze heures des quatre enseignants de l’Université Marien Ngouabi membres de l’équipe pédagogique. Passé ce délai, tous les enseignants de l'université retenus dans l’organisation et le déroulement de la session de remplacement du baccalauréat général du 7 juillet suspendront leur participation à ladite session, a indiqué le SYNESUP.

«Les membres de l’équipe pédagogique, tous universitaires en mission d’État, sont privés de leurs droits et libertés fondamentaux depuis plus de deux semaines, avec pour principale conséquence le non accomplissement des enseignements et des évaluations à l’université», précise la déclaration du syndicat.

Pour le SYNESUP, la détention des membres de l’équipe pédagogique "est arbitraire, prolongée et illégale", car le rapport de police ne révèle aucune implication dans l’organisation de la fraude massive.

Diane Ondélé

Beauté: Miss Congo 2014 déchue de son titre Rédigé par La Semaine africaine le 20/06 à 14:42

{0} Commentaires

Welcome Andréa Atipo, élue Miss du Kouilou et Miss Congo 2014, a été destituée pour avoir «accumulé fautes, blâmes et avertissements», selon le Comité Miss Congo, alors qu’elle devait remettre sa couronne dans quelques deux mois.

Le Comité Miss Congo juge son comportement «décevant». La jeune fille n’aurait pas, en effet, respecté ses engagements en tant que Miss. Pour cela, elle a perdu tous les avantages acquis depuis son couronnement jusqu’à sa destitution. Le titre de Miss Congo revient, donc, à sa première dauphine, Bernice Massengo, qui bénéficiera de tous les avantages liés à ce sacre. Par le passé, en 2008 notamment, une Miss avait été destituée pour des motifs identiques. Comme quoi, chez les Miss, on ne doit pas prendre le règlement à la légère.

Le Centre catholique universitaire de Brazzaville, situé dans l’enceinte de l’Institut des jeunes sourds, a organisé, vendredi 22 mai 2015 une conférence-débat, sur le thème: «La jeunesse congolaise face à la tentation du sommeil», présenté par le Professeur Dominique Ngoïe-Ngalla, enseignant à l’Université Marien Ngouabi, sous la modération de Raymond Nty.

Plusieurs jeunes, élèves et étudiants catholiques, des cadres, intellectuels, hommes et femmes de culture y ont pris part. Reconnaissant la place de la jeunesse dans le développement d’une Nation, le conférencier a affirmé que «la jeunesse est, pour un pays, ce qu’il y a de plus cher, pourvu qu’elle soit responsable».

Après avoir défini la jeunesse comme période transitoire de la vie entre la fin de l’enfance et l’entrée dans le monde adulte, le modérateur Raymond Nty a expliqué le mobile de la conférence-débat portant sur le thème de la jeunesse: «Nous remarquons le manque de motivation de la jeunesse, le manque de courage dans beaucoup d’entreprises. Au moment où on attend la jeunesse, elle n’est toujours pas là. Suite à cette passivité de la jeunesse, nous avons jugé opportun d’organiser cette rencontre sous le thème susmentionné».
Avant d’entrer dans le vif du thème, le Professeur Ngoïe-Ngalla a tout d’abord considéré la chrétienté pour la jeunesse congolaise, comme les romains considéraient la République. «Les Romains disaient de la République: ce que nous avons de plus cher que nous-mêmes. La chrétienté est pour le jeune ou pour le chrétien ce qu’il a de plus cher. Mais, pour qu’elle devienne plus chère que ce que nous avons sur cette terre, il faut, sans doute, avoir participé, avoir donné de soi-même à la construction de cette chrétienté», a-t-il fait savoir.
Seulement, Dominique Ngoïe-Ngalla a tendance à regarder la réalité africaine avec des lunettes noires. Selon lui, l’Etat (en Afrique particulièrement) qui devrait former et éduquer la jeunesse, «manque de tradition, de culture, de philosophie politique en permanence, réfléchissant sur le pouvoir, sur sa forme, sur la vie de la collectivité, sur les rapports nécessaires entre les membres d’une même communauté, d’un même ensemble politique. La jeunesse ne dispose pas d’un moyen convenable pour s’évaluer, pour s’expliquer».
Lorsqu’une jeunesse est correctement formée, il est difficile que les problèmes qui se passent en dehors de chez elle ne l’intéresse pas. Elle aura l’esprit éveillé à tous ce qui se fait autour d’elle et au-delà d’elle. C’est à cela qu’on teste la maturité d’une jeunesse. Fort malheureusement, la jeunesse africaine ne se mobilise que pour chercher solution aux problèmes de survie, de quotidienneté, les problèmes immédiatement matériels. Les grands problèmes qui agitent le monde tels: les noirs échouant en méditerranée, l’homosexualité, l’islamisme radical, etc., paraissent aux yeux de cette jeunesse, comme de choses lointaines, du fait que son esprit, sa conscience n’a pas été exercée à y réfléchir. Pour le conférencier, tout ce qui intéresse cette jeunesse, c’est «satisfaction des réflexes biologiques». D’où, «les politiques romains avaient compris ce problème. Et, ils s’étaient donnés pour première tâche, d’assurer à la jeunesse le pain et le jeu, pour l’endormir», a expliqué Ngoïe. Raison pour laquelle il souhaite que l’éveil de la jeunesse congolaise en général, et chrétienne en particulier commence à l’église, par une interprétation correcte de l’Evangile.

Marcellin MOUZITA MOUKOUAMOU

Un étudiant nigérian résout une équation insoluble depuis 30 ans Rédigé par Etudiant.lefigaro.fr/ le 13/06 à 14:55

{0} Commentaires

Efot Ekong
Efot Ekong
Efot Ekong, étudiant nigérian à l’université de Tokai au Japon, a résolu une équation mathématique insoluble depuis 30 ans. Le petit génie réserve pourtant bien d’autres surprises à la hauteur de son dernier exploit.

Efot Ekong est un étudiant peu commun. Il a récemment résolu une équation mathématique insoluble depuis plus de trente ans pendant son premier semestre à l’université Tokai, au Japon. Mais le jeune prodige ne s’est pas arrêté là dans ses performances quotidiennes.

Cet étudiant nigérian de l’université de Tokai au Japon cumule les performances académiques et les brevets d’invention. Déjà diplômé en génie électrique, le jeune homme continue ses études pour se spécialiser en robotique. Mais l’étudiant nigérian ne s’est pas arrêté là. En effet, il a reçu les meilleurs résultats des cinquante dernières années de son université japonaise, l’université Tokai à Tokyo. Université par ailleurs très prestigieuse au Japon.

Pour continuer sur le chemin de l’excellence, Ufot Ekong a remporté de nombreux prix. Au total, l’étudiant cumule 6 prix d’excellence académique depuis le début de ses études. Pour augmenter la difficulté et le challenge, le jeune homme occupe également deux emplois à côté de ses cours pour pouvoir financer ses études.

Ekong parle par ailleurs quatre langues: anglais, français, japonais et yoruba, sa langue maternelle. Puisqu’il ne semble pas faire les choses à moitié, le jeune homme a remporté le prix du meilleur étudiant en langue japonaise pour les étrangers. Concernant les brevets, Ekong en a déjà deux à son nom pour la conception de voitures électriques.

Par Chloé Joudrier

Les épreuves du bac entamées dimanche en Algérie ont été marquées par des fraudes via Facebook, et l'attribution d'un poème au mauvais auteur lors d'une épreuve d'arabe, a admis lundi le ministère de l'Education.

L'énoncé d'un sujet a été filmé "à l'aide d'un smartphone dissimulé et mis en ligne sur facebook" pendant l'examen, a reconnu un inspecteur de l'Education nationale à la radio, en annoncant l'ouverture d'une enquête pour identifier les auteurs de la fraude.

Selon l'inspecteur interrogé par la Radio Chaine 3, les candidats doivent déposer leur téléphone avant d'entrer en salle d'examen, mais "la fouille n'est pas systématique" car "cela prendrait deux ou trois heures pour fouiller les 600 ou 700 candidats affectés à chaque centre".

"Il y a eu quelques tentatives de fraude" avérées et "les candidats ont été expulsés" des centres d'examen, a ajouté l'inspecteur.

Par ailleurs, un sujet de langue arabe concernait un poème qui a été attribué au Palestinien Mahmoud Darwish alors qu'il a été écrit par le Syrien Nizar Kabani.

L'erreur dévoilée sur les réseaux sociaux "n'influera pas sur l'évaluation du candidat", a assuré la ministre de l'Education Nouria Benghebrit, qui en a imputé la responsabilité à l'Office national des examens et concours".

Plus de 850.000 jeunes Algériens ont entamé dimanche les épreuves du baccalauréat, le sésame indispensable pour accéder à l'enseignement supérieur. Ces épreuves mobilisent 163.000 surveillants.

L'Université Cadi Ayyad (UCA) de Marrakech a lancé, mardi, en partenariat avec Microsoft Maroc, un grand projet de numérisation "Smart University" qui consiste en la mise en place d'une infrastructure numérique mettant en réseau l'ensemble des établissements relevant de l'université.

Ce projet, premier du genre au niveau national et régional, est une solution WIFI intégrée qui utilise la nouvelle technologie "TV white Space" (TVWS) fusionnée avec d'autres technologies de pointe.
La technologie TVWS s'appuie sur l'utilisation des fréquences hertziennes libres du spectre de diffusion TV pour offrir des services d'accès à internet haut débit. Cette technologie offre deux avantages principaux sur le Wi-Fi classique avec une plus grande vitesse et capacité. Ce qui signifie que des milliers d'étudiants peuvent être connectés en même temps sans perte de performance avec une bande passante rapide (200 fois plus importante) pour permettre la mise en réseau des cours, des travaux d'études et de recherches.
La Smart University est également l'interconnexion des neuf facultés et établissements de l'UCA avec une solution "full fibre optique redondante" et un accès internet très haut débit 1Gb/sec garanti, en plus de la mise en place d'un Data Center pour le stockage des données ainsi qu'une série d'applications interactives (ucàmooc) permettant aux étudiants, aux enseignants et à l'administration d'interagir et d'échanger.
Microsoft Maroc avait conclu un partenariat avec le ministère de l'enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres du Maroc pour fournir des solutions innovantes qui aideront à former la main d'œuvre du 21-ème siècle. Grâce à sa stratégie de développement orientée vers les nouvelles technologies et sa performance au classement international des meilleures universités, L'UCA a été choisie pour être la première à développer le concept de Smart University, appelé à être étendu aux autres universités du Royaume.
M. Lahcen Daoudi, ministre de l'enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres s'est félicité de l'ouverture de l'Université Cadi Ayyad aux nouvelles technologies de l'information et sa volonté à intégrer l'évolution rapide des concepts modernes d'enseignement et d'apprentissage.
"Ces nouvelles technologies offrent un potentiel de développement extraordinaire pour l'enseignement et démocratisent l'accès au savoir et aux connaissances. Les Universités doivent adhérer à cette dynamique d'innovation via les nouvelles technologies et renforcer leur réseautage à l'international, afin d'offrir aux étudiants des formations de qualité dans la perspective de relever le défi de l'emploi", a-t-il souligné.
En raison de son classement au Top 500 des meilleures universités dans le monde et son ouverture aux nouvelles technologies dans l'enseignement, l'UCA a été la mieux désignée pour abriter ce concept et cette technologie développée pour la première fois en dehors des Etats Unis, a souligné, pour sa part, M. Samir Benmakhlouf, directeur général de Microsoft Maroc, qui précise que le coût du projet s'élève à près de deux millions dollars.
Cette solution Microsoft Wifi intégrée permettra aux 65.000 étudiants des neuf facultés de l'Université l'accès sécurisé à une connexion haut débit, en plus d'un Datacenter pour héberger tout le contenu e-learning et MOOC (Massive Open Online Courses) développé par l'Université, a-t-il dit. Et d'ajouter que Microsoft Maroc souhaite généraliser cette technologie à l'ensemble des universités du Royaume afin de créer un écosystème d'enseignement supérieur adéquat avec les besoins du 21eme siècle.
Intervenant à cette occasion, le président de l'Université Cadi Ayyad, M. Abdellatif Miraoui a souligné que le projet réalisé en partenariat avec Microsoft vise à développer une infrastructure numérique permettant l'éclosion d'une nouvelle pédagogie d'enseignement TICE tant pour les étudiants que pour les enseignants et chercheurs.
"Ce projet vient conforter la politique de digitalisation de l'Université, lancée depuis plusieurs années, avec notamment les cours online (Massive Open Online Courses-MOOCS). Il permettra aux enseignants d'offrir un enseignement de qualité, aux chercheurs de faciliter leurs travaux et aux étudiants d'augmenter leurs chances d'employabilité. Ensemble, nous pouvons aller vers une Smart Université, un projet pilote qui servira d'exemple pour la numérisation de l'université", a-t-il dit.

De son côté, Nabil El Marzouki, professeur d'informatique et chef du projet, a assuré que la pédagogie et la façon de transmettre le savoir va radicalement changer. A travers l'activation de cette plateforme d'échange, l'information sera disponible à tout moment et à tous les étudiants. Il sera plus aisé, grâce aux nouvelles technologies, de rendre plus accessible les cours aux étudiants et faciliter l'échange et l'analyse de l'information entre étudiants et enseignants, a-t-il expliqué, ajoutant que les chercheurs verront aussi leurs travaux de recherche facilités grâce à un accès rapide à une information constamment mise à jour.

Education : Zéphirin Nguié égaye les écoliers de Mongo-Mpoukou Rédigé par Adiac-congo.com le 07/06 à 14:30

{0} Commentaires

Education : Zéphirin Nguié égaye les écoliers de Mongo-Mpoukou
Le maire du cinquième arrondissement de Pointe-Noire Mongo -Mpoukou, Zéphirin Nguié, a procédé vendredi 5 juin au siège de cet arrondissement à la remise de divers présents à plusieurs élèves des différentes écoles publiques de cet arrondissement en présence du personnel et des parents de ces élèves

Expliquant le rôle de ce geste, Zéphirin Nguié a expliqué que cela répond à une tradition de sa circonscription qui veut qu’il soit organisé chaque fin de trimestre ou d’année un geste de cette nature en vue d'encourager les élèves de Mongo-Mpoukou aux études . «En ma qualité de premier parent de cette circonscription, j’ai souhaité que ces cadeaux soient destinés aux élèves admis tout comme aux échoués, sans discrimination. Cela permettrait à tous d'obtenir de bons résultats », a-t-il indiqué.

Manifestant ainsi leur reconnaissance à l’administrateur maire de Mongo-MPoukou, Boboto Chritella et Jean Nicodème Makosso, respectivement écolière et parent d’élève, se sont exprimés en ces termes : « Ce geste devrait servir d’exemple à d’autres autorités publiques du département de Pointe-Noire parce que les écoliers sont des futurs cadres du Congo. Ils méritent donc une attention soutenue des représentants de l’Etat à différents niveaux ».

Séverin Ibara
Adiac-congo.com

1 2 3 4 5 » ... 156

RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile